Chroniques de Châtillon-Vernier

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Lun 19 Oct - 13:56

CLAN DE CHÂTILLON-VERNIER

Conseil de Clan

Article I - Le Président du Conseil de Clan se voit octroyer les pouvoirs du Président du Gouvernement.

Article II - Le Congrès de Châtillon-Vernier est dissous. Le Conseil de Clan se voit octroyer ses pouvoirs jusqu'aux prochaines élections législatives.

Article III - Le système "Ecomicro" n'est plus reconnu comme le système économique officiel sur le territoire du Vernier. Le Conseil de Clan a toute autorité pour mener les réformes nécessaires à l'établissement d'un nouveau système économique.

Pour le Conseil de Clan,
Le Président du Conseil de Clan,
F. Hautelier.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Sam 9 Jan - 20:58

Par décision du Président du Conseil de Clan et Chef de Clan, Ferdinand Hautelier,

I - Le Conseil de Clan est dissout. Afin de permettre aux citoyens de prendre part aux plus hautes décisions, autrement qu'à travers le Congrès, la loi fondamentale du clan est modifiée pour rendre l'élection des Conseillers universelle et directe.

II - Des élections seront organisées par la Présidence du Conseil afin de renouveller le Conseil et le Congrès. Les pouvoirs du Conseil sont temporairement confiés au Chef de Clan.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Lun 8 Fév - 10:02

Le séisme avait été peu ressenti dans le Vernier, même si l'on déplorait quelques dégâts matériels et quelques blessés légers, transportés à l'hôpital de Châtillon-Vernier. Les services hospitaliers de la capitale, située près de la frontière avec l'Elvéotie, avait été rapidement envoyés en Elvéotie en renfort. Ferdinand Hautelier avait annoncé que le Vernier ferait tout ce qui était en son pouvoir pour aider son voisin du nord à affronter la catastrophe qu'il vivait.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Mer 10 Aoû - 10:13

Les nouvelles arrivant de Micropolia étaient confuses, on parlait d'un coup d'Etat militaire, Jacques Dubois aurait été renversé par des militaires opposés à l'Union Francovare. À Châtillon, le pouvoir clanique s'était affaibli depuis la crise de flémingite, et l'on voulait plus d'indépendance pour lutter contre cette crise. Le Conseil clanique se dissout en adoptant un Acte constitutionnel provisoire qui faisait du Clan une République démocratique dirigée par un comité de cinq membres et deux chambres parlementaires. Le Clan revendiquait ainsi son autonomie.

Acte constitutionnel provisoire du 10 août 2016

Vu la situation nationale de la République francovare,
Vu les moyens exceptionnels qu'elle nécessite,

Préambule

La République du Vernier est proclamée. Elle déclare son appartenance à la Francovie et son autonomie relative, ainsi que la primauté de la Loi francovare sur la Loi du Vernier.

La République du Vernier est une république démocratique, sociale et laïque qui reconnaît la Déclaration Francovare des Droits Humains. Elle déclare son attachements aux libertés, à l'égalité de ses citoyens et à la démocratie.

Article 1 - Souveraineté

La souveraineté est exercée par le peuple, à travers ses représentants élus. Nul personne ou groupe de personnes ne peut s'en attribuer l'exercice sans avoir obtenu la légitime du peuple.

Article 2 - Pouvoir législatif

Le pouvoir législatif est exercé par deux chambres élues : le Congrès du Vernier et le Haut-Conseil du Vernier.

Le Congrès du Vernier est composé de cent députés élus au suffrage universel direct par les citoyens de leur circonscription pour trois mois. Il a l'initiative de la loi, investit et révoque les membres du Comité exécutif de la République, examine et amende les projets de loi du Comité exécutif.

Le Haut-Conseil du Vernier est composé de cinquante hauts-conseillers élus au suffrage universel direct par un scrutin proportionnel à liste pour trois mois. Il vote la loi et le budget, investit et révoque les membres du Comité exécutif de la République.

Le Congrès et le Haut-Conseil réunis forment le Parlement du Vernier.

Article 3 - Pouvoir exécutif

Le pouvoir exécutif est exercé par le Comité exécutif de la République.

Le Comité exécutif de la République est composé de cinq membres, élus par les deux chambres du Parlement du Vernier.
Les cinq domaines de compétences, chacun exercé par un membre du comité, sont : l'Intérieur et la Justice ; l'Économie et les Finances ; les Affaires sociales ; le Développement et l'Éducation ; les Affaires extérieures.

Le Comité est dirigé collégialement, chaque décision devant être approuvée par la majorité de ses membres.

Le Comité dispose des pouvoirs de police et de défense du territoire du Vernier, et peut employer la force armée si nécessaire, sans demander l'aval du Parlement.

Article 4 - Relations entre le législatif et l'exécutif

Le Parlement élit les membres du Comité exécutif tous les trois mois, à l'issue des élections législatives. Le Congrès établit une liste de dix candidats, et le Parlement est ensuite chargé d'élire cinq membres parmi la liste. Chaque députés vote pour cinq candidats, par ordre de préférence. Le candidat arrivé en premier sur la liste recueille cinq points, le deuxième quatre, le troisième trois, le quatrième deux et le cinquième un. Les cinq candidats ayant le plus de points sont élus membres du Comité.

À tout moment, le Congrès ou le Haut-Conseil peuvent déposer une motion de censure à l'encontre d'un ou plusieurs membres du Comité exécutif. La motion doit être adoptée par les 2/3 des votants du Parlement.

Les chambres du Parlement ne peuvent se dissoudre qu'elles-mêmes, sur un vote à la majorité des 2/3 des votants.

Article 5 - Pouvoir judiciaire

Le pouvoir judiciaire est exercé par les Cours de justice de la République du Vernier.

Une Cour Suprême, composée de neuf juges nommés par le Comité exécutif, est chargée de veiller au respect de la Constitution francovare, des Actes constitutionnels provisoires du Vernier, de la Loi du Vernier et des principes démocratiques de la République. Elle est chargée d'exercer les attributions d'une Cour d'appel.

Article 6 - Application

L' Acte constitutionnel provisoire du 10 août 2016 est appliqué et a valeur de Constitution jusqu'à ce que la situation soit stabilisée. Une Assemblée constituante sera alors appelée à rédiger une nouvelle Constitution pour le Vernier, en appliquant les principes démocratiques et républicains pré-établis dans cet Acte constitutionnel.

Un Comité exécutif provisoire, composé du Chef de Clan, du Vice-Chef de Clan et de trois Conseillers de Clan tirés au sort, est chargé de l'application de cet Acte, et sera dissout dès l'élection des chambres du Parlement.

À Châtillon-Vernier,
Le 10 août 2016,

Par le Chef de Clan, F. Hautelier.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Mer 10 Aoû - 11:26

Composition du Conseil exécutif provisoire :

Ferdinand Hautelier (Intérieur et Justice), Emile Lourre (Economie et Finances), Louis de Vernier (Affaires sociales), Paul Massintat (Affaires extérieures), Stéphanie Kashtein (Développement et Education).
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Mer 10 Aoû - 11:37

République du Vernier - Comité exécutif

La République du Vernier dénonce le coup d'Etat de Micropolia qui vise à destituer le président Jacques Dubois, que la République considère comme le seul dirigeant légitime de la Francovie. Le Vernier mobilise ses forces de sécurité et interdit l'accès à ses frontières des forces putschistes de l'Armée francovare.

Pour le Comité exécutif provisoire,
Paul Massintat, membre du CEP chargé des Affaires extérieures.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Mer 10 Aoû - 18:36

Les deux chambres du Parlement avaient élu le nouveau comité exécutif. La composition restée presque inchangée à l'ancien, mais grâce à un vote massif de la droite, et malgré le nombre de députés sociaux-démocrates, Armand de Vernier avait pu rentrer au comité. Les membres se mirent d'accord quant aux roles qu'ils allaient occupés.

La composition du comité, élu pour trois mois, était ainsi la suivante :

- Ferdinand Hautelier : Intérieur et Justice,
- Emile Lourre : Economie et Finances,
- Louis de Vernier : Affaires sociales,
- Armand de Vernier : Affaires extérieures,
- Paul Massintat : Développement et Education.

Le comité avait demandé que le Congrès et le Haut-Conseil siègent dès son élection pour voter une série de mesures d'urgence.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Dim 4 Déc - 12:42

1 décembre, 20h30

Les festivités pour la "fête de l'Union Francovare", comme l'appelait les autorités du Vernier, battaient leur plein dans les rues de Châtillon-Vernier. On célébrait la démocratie, la liberté et la résistance à l'oppression. Bien que les hostilités aient cessé avec la flémingite, la République du Vernier ne reconnaissait toujours pas le gouvernement de Micropolia comme le gouvernement légitime de la Francovie. Les forces de défense du Vernier campaient sur leur positions aux frontières et essayaient de dissuader les forces nationales de s'en approcher.

La fête nationale coïncidait aussi avec les élections pour renouveler le Parlement du Vernier. Alors que le dépouillement des bulletins de vote pour les élections des deux chambres législatives était en cours, le Comité Exécutif se réunit en urgence à l'ancienne mairie de Châtillon-Vernier. Ferdinand Hautelier, qui contrôlait la Commission électorale en ayant placé des proches à sa direction, avait eu accès aux résultats provisoires et ceux-ci n'étaient pas bon, autant pour les sociaux-démocrates que pour les conservateurs. L'Alliance paysanne romane et monarchiste (APRM) obtenait la majorité des voix, or, même si on avait jamais pu l'établir officiellement, ce parti se revendiquait sûrement du jallanisme et l'on soupçonnait certains de ses membres d'avoir fait partie des milices du régime des Jallan.


Ferdinand Hautelier :

Environ soixante-dix pour cent des bureaux de votes ont envoyé leurs résultats définitifs. Il s'avère que l'APRM a obtenu la majorité des voix pour les deux chambres et qu'elle pourra gouverner sans problème.

Paul Massintat :

Nous pouvons permettre cela ! Le jallanisme ne peut revenir au Vernier, la République va disparaître et il n'y aura plus aucun espoir de liberté dans cette Francovie dictatoriale.

Louis de Vernier :

Mais nous ne pouvons bafouer l'avis du peuple, nous devons nous soumettre au résultat. Et nous ne savons même pas si ce sont des jallanistes.

Armand de Vernier :

Non, nous ferons pas cela, je suis d'accord avec Massintat, pour une fois. Jamais je ne permettrai à des jallanistes de prendre le pouvoir au Vernier, après tout ce qu'il nous ont fait subir. Ce serait la fin de la République mais surtout notre fin.

Louis de Vernier se leva alors et fit un pas en direction de la direction, avant de se retourner vers ses pairs.

Louis de Vernier :

Alors, si c'est la voie de la dictature républicaine que vous empruntez, je ne peux vous suivre. Vous devenez comme ceux que nous avons combattu, et jamais je n'irais à l'encontre de la volonté populaire.

Le fils du Comte de Vernier sortit alors de la salle. L'idée même de truquer le résultat des élections lui paraissait abominable et contraire à tous ses principes, mais les autres membres pensaient protéger la République alors qu'il allaient la détruire.

1 décembre 22h00

Les résultats furent officiellement proclamés par la Commission électorale, alors que les bulletins de tous les bulletins de vote étaient brûlés dans l'arrière cour du Palais du Comte.


Congrès du Vernier :

- Parti Merksiste-Luniniste du Vernier (PMLV) : 7
- Front social et progressiste (FSP) : 2
- Parti social-démocrate (PSD) : 39
- Rassemblement libéral (RL) :10
- Parti libertarien du Vernier (PLV) : 2
- Parti conservateur du Vernier (PCV) : 22
- Alliance paysanne, romane et monarchiste (APRM) : 19

Haut-Conseil du Vernier :

PMLV : 2
FSP : 1
PSD : 17
RL : 12
PLV : 2
PCV : 8
APRM : 8


L'APRM semblait avoir réussi une percée historique pour le conservatisme roman et paysan, mais sans parvenir toutefois à détrôner les conservateurs et les sociaux-démocrates. Armand de Vernier avait accepté de laisser le PSD à la place de premier parti, en obtenant deux sièges au Comité Exécutif pour les conservateurs. Néanmoins, avec leurs nombre de sièges, les jallanistes (officiellement conservateurs romans) pouvaient espérer entrer au gouvernement.

2 décembre 10h00, Radio Vernier


- Le procureur général de la République vient d'annoncer avoir ouvert deux enquêtes pour corruption visant pour l'une des responsables de l'Alliance paysanne romane et monarchiste, et pour l'autre Louis de Vernier, membre du Comité chargé des Affaires sociales. Le procureur a été saisi par Ferdinand Hautelier, membre du Comité exécutif chargé de la Justice, après la découverte de preuve sur un possible réseau de trafic d'influence concernant aussi bien l'APRM que des membres du PSD. Le Comité Exécutif n'a pas encore réagi sur cette affaire qui concerne directement l'un de ses membres. Le Comte de Vernier, père de Louis de Vernier, aurait refusé de se prononcer au sujet de cette enquête.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Sam 10 Déc - 19:46

3 décembre, 0h30

Les gardes du secteur de haute-sécurité de la prison de Châtillon-Vernier s'apprêtaient à effectuer une autre ronde quand l'alarme résonna soudainement. Les grilles séparant l'endroit où étaient enfermés les jallanistes du reste de la prison se fermèrent automatiquement alors que les gardes se mettaient en position de tir. A l'autre bout de la prison, les policiers avaient déjà étaient mis à terre par un commando jallaniste mis sur pied par le chef du jallanisme châtillonais, Richard Louvois, pour libérer ceux qui avaient été arrêtés par le gouvernement de la République du Vernier. Les commandos surentrainés, pour la plupart membre de la Milice Noire avant 2012, parvinrent aisément à atteindre le secteur le plus protégé de la prison. Face au peu d'espoir qu'il restait, les gardes se rendirent rapidement non sans avoir tué trois assaillants. Ils furent immédiatement abattus par les autres commandos qui se précipitèrent ensuite pour ouvrir les cellules des prisonniers jallanistes.

Ils avaient néanmoins une dernière tâche à exécuter avant de repartir. Dans un autre secteur de la prison, Louis de Vernier avait été enfermé dans le plus grand secret pour l'empêcher de fragiliser la République. Les commandos arrivèrent devant sa cellule après avoir neutralisé la faible résistance qu'ils avaient pu rencontrer pour y parvenir. Ils ouvrirent la porte et virent Louis de Vernier, se tenant debout, stoïque. Il avait parfaitement conscience de ce que venaient faire les jallanistes. Ils avaient contenu leur soif de vengeance et leur haine des républicains pendant tant d'années, le fils du Comte savait qu'il ne pourrait y échapper. Il serait la première victime d'une vague d'exécutions au nom du jallanisme qui faisait son grand retour en Francovie.


Dans le même temps, dans le centre ville, l'Armée Francovare s'emparait des édifices publiques et s'attachait à enlever tout ce qui pouvait rappeler la République du Vernier. Il y eut bien quelques républicains pour tenter de résister, mais ils rejoignirent rapidement la liste des victimes du jallanisme. Ferdinand Hautelier avait réussi à s'enfuir dans les montagnes mosgiennes avant que les soldats n'arrivent chez lui, et le Comte de Vernier réussit également à échapper aux troupes jallanistes grâce au sacrifice de soldats de la République du Vernier qui montaient la garde devant son château. De nombreux officiels républicains avaient été arrêtés, les anciens parlementaires étaient activement recherchés, de même que les membres du Conseil Exécutif qui avaient tous pu s'enfuir.

A deux heures du matin, Richard Louvois entrait dans la salle de réunion du Comité Exécutif pour entendre le rapport de ses lieutenants et transmettre le sien à Micropolia. Une fois que tout fut terminé, il s'assit dans le fauteuil qu'occupait Armand de Vernier et sourit. Tout était enfin revenu à la normale. Le jallanisme, l'idéologie naturelle de la Francovie, reprenait ses droits sur le républicanisme gangrené par la corruption et le progrès.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Jeu 15 Déc - 21:23

Ferdinand Hautelier s'était réfugié dans le massif mosgien. Les vieilles planques d'avant 2012 avait été réouvertes dans le plus grand secret et déjà ceux qui s'étaient soulevés cobtre Jallan s'apprêtaient à faire de même contre Tarque. Hautelier avait pris la tête du mouvement de résistance comme avait fait son père. Mais, contrairement à ce dernier, Ferdinand était un politicien et pas un soldat de la résistance. La guerre n'était pas son domaine alors il avait confié cela aux anciens lieutenants de Damien Hautelier. Ils avaient de l'expérience dans la guerilla contre le régime jallaniste et étaient bien décidés à ne pas laisser durer la situation même s'ils savaient que la lutte serait dure.

En dehors de la Francovie, deux gouvernements "légitimes" s'étaient constitués, mais Hautelier ne faisait ni confiance à Maréchal, "l'autocrate de Fux", et Mariani, "l'opportuniste". Il avait alors reformé le Comité Exécutif de la République du Vernier avait les membres qui étaient restés malgré la menace : Emile Lourre et Paul Mezzanines.

Alors que le drapeau jallaniste flottait sur le château de Châtillon-Vernier, la résistance au sein de laquelle monarchistes et socialistes s'étaient alliés se préparait à affronter ses ennemis dès que possible.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Sam 17 Déc - 17:54

Paul Mezzanines avait été chargé de prendre contact avec les rebelles afin de créer une vraie résistance intérieure. Alors qu'il était déjà parti depuis deux jours, Ferdinand Hautelier relaya son appel à former une vraie résistance intérieure, que ce soit sur le plan politique ou le plan militaire. Les radios de résistance du Vernier diffusait l'appel en boucle sur les réseaux pirates et l'on collerait discrètement, la nuit venue, des affiches retranscrivant son discours.

Comité National du Front de Libération Francovar (FLF)

Rejoignez la vraie Résistance francovare !

Francovars ! Francovares !

Notre République a été sournoisement attaquée par ceux que l'on pensait être ses défenseurs, ses protecteurs. Notre démocratie, nos libertés, ont disparues, remplacées par la dévotion à un tyran qui ne pense qu'à son intérêt personnel. Ce tyran représente l'idéologie la plus rétrograde que la Francovie n'aie jamais connu, l'idéologie qui a fait souffrir notre pays durant soixante ans, le jallanisme. P

La nature de la Francovie en fait une démocratie. Son Peuple l'a maintes fois prouvées, il ne veut pas des jallanistes. Il ne veut pas des dictateurs qui le font souffrir, qui entraînent la Francovie dans les heures les plus sombres de son histoire. Le Peuple francovar veut être libre, veut participer à la construction d'une nation démocratique où tous agissent pour le bien commun, pour la République.

Enfin, le Peuple francovar ne perd jamais espoir. Même lorsque tout semble perdu, il s'en trouve toujours pour se soulever et rétablir la Justice et la Liberté. Le Front de Libération de Francovar œuvre au rétablissement de la Démocratie en Francovie, en accueillant tous ceux qui ne peuvent permettre que nos libertés soient bafouées par des tyrans profiteurs.

Nous nous battrons par nous-mêmes et pour la Francovie. Notre combat se fera sur nos terres, nous ne pouvons concevoir que la Francovie puisse se libérer en fuyant à l'étranger pour palabrer inutilement en appelant à l'unité de gouvernements en exil se partageant déjà notre pays alors que son Peuple souffre déjà tous les jours. Nous appelons toutefois à l'unité de la Résistance Intérieure, de celle qui se bat vaillamment pour défendre nos valeurs.

Ferdinand Hautelier,
Président du Comité National du FLF.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Archimède Parmentier le Sam 17 Déc - 22:36

La résistance présente en Picabanie se rangea derrière le FLF.


Seul les monarchistes de Rayal Picaban restèrent à l'écart mais de toute façon ils étaient peu puissant. 
avatar
Archimède Parmentier

Messages : 6202
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Sam 14 Jan - 21:47

Paul Mezzanines était revenu de Mézénas avec une bonne nouvelle. La plupart des groupes rebelles s'étaient rallier à ka cause du FLF, enthouasiasmés à l'idée de commencer à lutter contre le régime jallaniste. Mezzanines fit son rapport au Comité national du FLF qui tint ensuite une réunion stratégique.

Georges Mantrin, plus connu sous son pseudonyme de "briseur de collabo" - pseudonyme issu de son activité favorite (bien que cela ne se voyait pas à première vue, Mantrin ayant plus l'air d'un fonctionnaire de province que d'un soldat) - s'avança pour prendre la parole. Il avait été incorporé dans l'Armée à l'issue de la libération avec le grade de général et avait été chargé de la lutte contre les cellules jallanistes clandestines. Au fil des ans, les crédits alloués à son service avaient tellement diminuer que Mantrin avait fini par démissionner, acte qui lui avait sûrement sauvé la vie. S'il avait toujours été militaire quand Tarque avait pris le pouvoir, il aurait été l'un des premiers à rejoindre ses anciens camarades de lutte dans l'au-delà. Mantrin pointa la zone de Mézénas avant de prendre la parole.



Georges Mantrin :

Notre premier objectif est de libérer nos camarades rebelles du blocus jallaniste. Avec l'opération en Néie, les jallanistes ont du piocher un peu partout pour constituer leur corps expéditionnaire, et notamment en Mézénas. Je pense également, selon des rumeurs qui circulent au Comtat, que les jallanistes ont envoyé une grande partie de ces effectifs "piochés" au Comtat. On ne s'est pas ce qu'ils fabriquent, si ce n'est qu'ils ont rasé une partie de la forêt sacrée de l'île au Phare. Tarque veut peut-être se construire un châlet en bois sacré pour conjurer le mauvais sort qui va s'abattre sur lui...

Bref, l'important pour l'instant c'est que le blocus n'est plus aussi efficace, mais nous devons quand même détourner l'attention de la milice et de l'armée. Elles se sont peu intéressé à notre belle région le Vernier, mais nous allons leur donner une raison pour le faire. Il nous suffit de nous attaquer à un symbole de leur pouvoir. Louvois, que l'on croyait mort depuis le temps, a profité du coup d'état pour s'approprier le Vernier. Même s'il est président du Sénat, il reste le plus souvent à Châtillon. Nous avons prévu de lui faire une petite surprise. S'attaquer à un haut dignitaire du régime attirera suffisamment l'attention pour nous permettre d'exécuter notre véritable plan. Une fois le blocus forcé, la liberté de mouvement des rebelles nous sera très profitable.

Mantrin parla encore pendant plusieurs dizaines de minutes pour détailler la "surprise" réservée à Richard Louvois. Le Comité national le valida sans faire de modifications. Les différents groupes du Vernier pariticpant à l'opération devaient être informés qu'un coup se préparait mais ils ne prendraient connaissance du plan que peu de temps avant l'attaque.  
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Mar 17 Jan - 21:21

L'arrivée d'un message, dont peu de monde au sein du FLF avait eu connaissance, avait contraint le Comité national et le Conseil Militaire à annuler l'opération contre Louvois. La vengeance contre le haut-dignitaire attendrait, mais le véritable objectif, libérer les rebelles du sud, pourrait être réalisé plus rapidement que prévu. Le message laissait même le FLF envisager des possibilités bien plus intéressantes pour la résistance...
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Archimède Parmentier le Dim 29 Jan - 2:13

Dans une taverne de la ville Konrad Mallicquot, scientifique au GERAS devait rencontrer un certain X.
Ce dernier devait organiser son extradiction de la Francovie a lui et à plusieurs autres personnes en échange d'obtenir la formule de la Bombe T et toutes les informations affiliées.
Cependant tout s'était très mal passé, la famille du professeur Holfenischen avait été arretée.


Mallicquot était clairement en train de paniquer mais il essayait de garder son calme pour ne pas attirer l'attention des autres clients quand il s'assit devant le dénommé X.
Cela n'empechait pas le scientifique de parler vite d'une voix peu assurée :


- Vous etes au courant pour la famille de Holfenischen ??
- Oui
- Cela n'était pas du tout prévu !!
- Je le sais oui.
- Qu'est-ce qu'on fait pour eux ?
- C'est trop tard pour eux et pour le professeur. Cependant je peux toujours vous faire sortir de la Francovie. Ce sera plus complexe mais j'y arriverais. Il me faut cependant la formule.

Mallicquot sorti une clef usb de sa poche et dirigea sa main vers X mais il se ravisa :


- Qu'est-ce que vous allez en faire ?
- Je vais l'utiliser pour la résistance.
- Je pourrais faire de même.
- Croyez moi les jallanistes feront tout pour empecher que la formule soit divulguée à l'internationale y compris en organisant des opérations illégales à l'etranger. Pour l'instant Tarque fait son malin avec ses prototypes mais il ne souhaite pas que le Micromonde connaisse tous les aboutissements de la formule n'est-ce pas ?
- Oui il est vrai qu'il y a des choses que les jallanistes veulent cacher. Mais je ne souhaite pas vous la donner finalement.
- Ecoutez on n'a pas le temps, les miliciens noirs s'organisent, nous ne devons pas perdre de temps, j'espère que vous n'avez pas été suivi.
- Suivi ?


Une voiture noire apparue.





3 miliciens noirs pénétrèrent brusquement dans la taverne.
Ils avaient repérés le scientifique.

Au nom du Président Tarque nous vous arretons !

La réplique ne se fit pas attendre. 
X sorti un pistolet et ouvra le feu sur les jallanistes tuant l'un d'entre eux.
Ces derniers répliquèrent lourdement tuant sans hésiter 3 pauvres clients innocents dont une jeune serveuse de 23 ans.


Replié derrière un banc de la taverne, en train de charger son arme, X s'adressa à Mallicquot.

Donnez moi la formule on a plus le temps maintenant.


Mallicquot ne répondit pas. Il gisait parterre, le corps criblé de balle. 
X lui chipa la clef et tuant de nouveau un jallaniste se précipita aux toilettes pour quitter la taverne par une fenetre.
Les jallanistes aidés de militaire venus en renfort sur ordre des miliciens poursuivèrent le fuyard.
Ils perdirent sa trace dans l'une des petites ruelles de la ville. 
avatar
Archimède Parmentier

Messages : 6202
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Ven 3 Fév - 22:14

Communiqué du Front de Libération Francovar

Les membres du Comité national du Front de Libération Francovar annoncent qu'ils ne reconnaîtront pas le vainqueur de la prétendue prochaine élection présidentielle.

Le FLF, fédérant les résistances châtillonaise, picabienne, mézénienne et allié aux autres organisations de résistance intérieure, n'a jamais reconnu l'existence des gouvernement en exil, dirigés par des hommes ayant fuit leur pays pour palabrer au Krassland et en Pirée sans jamais lutter pour la liberté et la démocratie. Nous ne reconnaîtrons donc pas le prochain président qui n'a aucune légitimité puisqu'il n'a pas été élu par le peuple francovar, en Francovie.

En ces heures troublées, la vraie légitimité s'obtient en combattant réellement en Francovie pour libérer notre nation qui souffre sous le joug jallaniste. Le FLF a fait le choix de s'attaquer militairement au régime de Tarque et ne reconnaît comme autorités légitimes de l'Union Francovare les groupes de résistances des Clans qui luttent tous les jours contre le tyran Tarque.

Pour le Comité national,
Ferdinand Hautelier,
Général Georges Mantrin.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Archimède Parmentier le Mer 8 Fév - 23:06

Avec la mise en place du Gouvernement en exil unifié Mariani avait pris le leadership de la résistance du "triangle de droite".
Cependant il voulait unifier la résistance interieur et devait pour cela obtenir le soutien de Hautelier et du FLF.
C'était l'un des derniers groupes (avec la résistance élvéote et les monarchistes) à ne pas l'avoir rejoint.


A ce titre profitant de la technologie du commando krasslandais il envoya un de ses soldats contacter le FLF.
Les deux groupes avaient déja eu des contacts mais peu nombreux, ces derniers s'étaient cependant multipliés depuis que le FLF participait à mettre fin au blocus de l'Armée de Hautchamps dans le sud du pays.


Comme ce qui était devenu une tradition pour la résistance en Francovie, le soldat pro-Mariani se rendit dans une taverne de la campagne du Vernier.
S'adressant à une serveuse pour commander, il utilisa un code connu de tous dans la résistance :

Kikojiro aime les cochons. 

Maintenant il devait attendre qu'un representant du FLF veuillent bien le rencontrer. 
avatar
Archimède Parmentier

Messages : 6202
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Ven 10 Fév - 21:13

La serveuse informa son patron qu'un homme avait prononcé le mot de passe de la Résistance. Le patron, membre du FLF, n'attendait personne aujourd'hui et il informa lui-même le commandemen du FLF. Presque une heure plus tard, un homme entra par l'arrière de la taverne. Paul Mezzanines avait été envoyé par le FLF pour rencontrer l'inconnu. Il le repéra aisément, c'était l'une des seules personnes à table. Le patron ne lui avait même pas dit que quelqu'un viendrait le rencontrer.

Paul Mezzanines s'assit sur la chaise face à l'homme, qui ne semblait pas de la région, et, sans le saluer, commença à parler. Le patron se tenait prêt, avec d'autres résistants, à intervenir si les choses dégénéraient. Il y avait peu de chances que les jallanistes aient découverts que la taverne était un lieu de rendez-vous de la résistance, et encore moins de chance qu'ils aient connaissance du "code". Mais, dans la Résistance, on était jamais trop prudent.


Paul Mezzanines :

Qui êtes-vous ?
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Archimède Parmentier le Ven 10 Fév - 23:15

Le soldat avait reconnu Mezzanines, il apprécia etre pris au sérieux.
Il sortit un gros sac de son sa chaise sous la réaction inquiète des participants mais le solda leva les mains en signe d'apaissement.

Du calme du calme.
C'est pour vous.

il présenta le sac, à l'interieur se trouvait un sorte de gros téléphone noire qui ressemblait presque à un ordinateur.


Technologie krasslandaise que le commando qui a libéré l'ambassadrice krasslandaise nous a amené.
Cela va permettre au gouvernement en exil que je représente de prendre contact avec vous. Nous avons besoin de rétablir les communications.
Vous pouvez vérifier il n'y a aucune puce vous permettant de vous tracer et de la meme manière que pour la radio il est impossible de savoir d'où vous nous appellerez. Les jallanistes ne pourront pas vous intercepter et d'ailleurs meme nous on ne saura pas où vous serez.


A vous de transmettre ce téléphone à votre Comité National. 
Dès que ce sera fait appuyer sur le bouton rouge ici et nous vous contacterons.


Le téléphone a cependant un défaut il ne fonctionne parfois pas quand il pleut mais à part ça nous pourrons avoir des contacts.


Dès que votre chef Hautelier aura le téléphone qu'il appuit sur le bouton et le Président Mariani l’appellera dès qu'il sera disponible.
Cela nous évitera ce genre de réunion qui en se multipliant deviennent dangereuses.  

Le soldat en avait terminé il attendait juste la réponse du résistant paul avant de partir. 
avatar
Archimède Parmentier

Messages : 6202
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Sam 11 Fév - 17:29

Mezzanines prit le sac avec suspicion, se leva et partit en direction de l'arrière-salle. Avant disparaitre derrière la porte, il se retourna et fusilla du regard le soldat.

Paul Mezzanines : J'espère pour vous que personne ne vous a suivi.

Le FLF voyait le gouvernement en exil plus comme un tremplin politique pour des hommes politiques sur le déclin, surtout depuis que Mariani avait été élu président. Il n'avait cessé de répéter que le vrai combat c'était celui qui se menait à l'intérieur et maintenant Mariani, celui qui avait trahi Ferdinand Hautelier et toute une partie de la gauche en s'alliant avec la droite, voulait contacter le FLF. Cela paraissait tellement invraisemblable que Mezzanines avait du mal à y croire. Il s'empressa néanmoins de retourner au quartier général du FLF pour donner au Comité national du "cadeau" de Mariani.

Après une courte discussion, les membres décidèrent de laisser une chance à Mariani et Ferdinand Hautelier, l'un des plus réticents, appuya sur le bouton rouge. Après une trentaine de secondes, les résistants constatèrent que rien n'avait explosé, se détendirent et retournèrent à leurs occupations en attendant que Mariani ne les contacte.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Archimède Parmentier le Sam 11 Fév - 21:29

Le Président Mariani profita d'une pause au sommet de la LEM pour appeler Hautelier.
Les deux hommes se detestaient depuis de nombreux mois c'était loin d'etre un secret.
Mariani en voulait encore à Hautelier qu'il jugeait responsable de sa défaite à la présidentielle et il n'appréciait pas que le FLF ne reconnaisse pas son autorité.
La Francovie étant touché par une accalmie climatique, l'appel fonctionna correctement.
Mariani enclencha la conversation d'une manière peu diplomatique :

Allo Hautelier ? T'es là ? Répond trou du cul !
avatar
Archimède Parmentier

Messages : 6202
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Dim 12 Fév - 8:20

Hautelier était bien là, mais il se tut de stupeur pendant quelques secondes avant de se reprendre.

Ferdinand Hautelier : Avoir été élu président par une poignée de Francovars et sans t'allier à la droite n'est pas une raison pour me parler ainsi, Mariani. Que me veux-tu ?
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Archimède Parmentier le Dim 12 Fév - 18:04

Mariani voulait faire réagir Hautelier il avait eu peur que le chatillonais raccroche sans lui répondre :

Ecoute Ferdinand, il est temps de faire la paix.
En me reconnaissant comme chef unique de la résistance nous pourrons tous ensemble libérer la Francovie.
Je suis en train de réunir une aide micromondiale acquis à notre cause, si ton groupe me reconnait nous rassemblerons une réponse forte et unique aux connards jallanistes.

Mariani insista.

J'ai un cadeau pour te convaincre. Avec notre ami piréen nous pouvons vous livrer quelque chose via le Bangana.
Est-ce qu'on peut se mettre d'accord sur une date et un lieu de livraison ? Tu dois surment controlé un bout du territoire de Picabanie.
avatar
Archimède Parmentier

Messages : 6202
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Paul Mezzanines le Dim 12 Fév - 18:22

Mariani devait bien se douter qu'un cadeau ne suffirait pas. Hautelier n'allait pas le laisser prendre le contrôle de la Francovie libre en ayant comme seul remerciement un "cadeau". Mariani allait devoir, comme au bon vieux temps du PSD et du PP, négocier sa prise de pouvoir en distribuant les postes.

Ferdinand Hautelier :

Un cadeau ne va suffire à convaincre le Front que ton gouvernement est légitime. Nous pourrons peut-être te reconnaître comme président, mais le FLF et toute la Résistance Intérieure doivent obtenir une place de choix dans le commandement militaire et politique de la Francovie Libre. C'est une simple question d'équité et de considération.

Si tu nous propose quelque chose de correct, nous pourrons sceller notre alliance avec ton cadeau, après tout.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1820
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Archimède Parmentier le Dim 12 Fév - 18:34

"L'enfoiré" pensa Mariani.
Mariani était déja mis en difficulté par l'opposition en exil notamment les maréchalistes et voila que Hautelier utilisait un art propre à la gauche francovare :

Envoie un gars de ton équipe à la rencontre à la frontière Banganaise, il rejoindra le commandement militaire à Piréa. 
En matière politique vous les socialos vous avez perdu les elections du Parlement mais si tu as des gars qui veulent prendre la présidence de l'institution libre à vous de le faire et je vous soutiendrais sachant justement que les progressistes ont gagné.

Qu'est-ce que tu veux de plus ?
avatar
Archimède Parmentier

Messages : 6202
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de Châtillon-Vernier

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum