Le Temps (Ch-Presse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Lun 21 Avr - 16:49



MÉDIA FRANCOVAR


Groupe Châtillon-Presse


Dernière édition par Armand de Vernier le Mer 30 Avr - 8:50, édité 1 fois
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Sam 26 Avr - 21:57

LE TEMPS

La Force de nos régions : l'alliance du centre/centre-droit qui peut gagner

On l'annonçait déjà dans la presse depuis quelques temps, l'alliance entre la FdC et l'UD-IV est officialisée suite à la conférence de presse des dirigeants des deux partis. Cette alliance du centre et du centre-droit part favorite pour les élections régionales, puisque MNF, PTR et LAF sont isolés sans pouvoir s'allier.

L'UD-IV fera sans doute son grand retour au Sénat puisqu'elle a, à chaque élection, présenter uniquement un seul sénateur, un mauvais pari qui aura coûté Almara au parti.

Discours pro-activité de l'alliance et politique de proximité

On note le discours assez virulent à l'encontre de ces partis par George de Hautecourt, que l'on disait être l'homme du consensus mais qui semble être le meneur agressif de la campagne du centre, qui critique le peu d'activité des autres partis. Il précise également que l'alliance représente le changement, et qu'elle est la plus active à l'Assemblée.

Les deux partis souhaitent que les sénateurs soient plus présent aux seins des régions, et moins à Micropolia, loin du jeu politique et plus proche des besoins locaux.
Notons toutefois, humoristiquement, que l'alliance est quand même bien loin des régions, puisque les candidats sont candidats dans des régions aux noms erronés : "Evrain" pour l'Elvéotie et "Chatillonais" pour le Vernier.
Cette politique de proximité portera-t-elle ses fruits? C'est ce que les sondages prédisent...


L'analyse des candidats

Brigitte BREGEN, au Comtat-Francovin. Elle dispose d'une grande expérience politique : plusieurs fois Ministre mais également Premier Ministre à la fin de la monarchie. C'est une femme d'action qui sait mener une campagne de terrain.

Jean PINGEOT, actuel Ministre de l'Éducation, dans le Vernier. Peu connu avant la IVe République, la campagne sera rude à Châtillon, terre socialiste qui a néanmoins basculé deux fois à droite.  

Sandra RAUYLT, dans le Mézénien. Chef de file du courant social-libéral, elle a de grande chance de percer dans cette terre et sociale et libérale.

Marie-Hélène DENIEVRE-CHATELAIN, à Micropilia. L'écologiste, ancien membre du MPF puis de GD est une femme avec une expérience politique importante.

Nathan BONCŒUR, Ministre de la Défense, à Almara. La ville a récemment basculé à gauche avec Eric Franchet. Nathan Boncœur est un homme politique populaire avec l'intervention au Bangana. La région, elle, peut rester à droite pour éviter le choc des municipales.

Jenifer KOLD, Ministre de la Culture et des Sports, à Rémipolis. La fille Kold, malgré son jeune âge, n'est pas une nouvelle dans la politique et à déjà, par le passé, était candidate à Rémipolis aux municipales.

Bernard CHÂTEAUVIN, en Elvéotie. L'ancien juge à la Cour Suprême a quitté son poste pour se présenter aux régionales dans la terre de gauche et écologiste d'Elvéotie.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Lun 28 Avr - 14:21

LE TEMPS

SAVCO : bientôt une entreprise "presque" publique?

L'entreprise minière SAVCO est visée par deux tentatives d'entrée dans son capital : l'une krasslandaise et l'une francovare.

Les deux offres

La première offre, à 14 R$ l'action, a été formulée par l'entreprise krasslandaise Savomin, du groupe Schweinwald, qui exploite également de la savonite dans le Krassberg.
La seconde offre, à 16 R$ l'action, a été quant à elle formulée par le groupe SCBM Generation, le conglomérat du Comtat-Francovin, qui a déjà racheté plusieurs entreprises publiques.

Une perte au profit du Krassland?

Selon certaines sources proches du Premier Ministre, Robert Auberly, ce dernier serait prêt à vendre les 250 actions de SAVCO. Mais à qui?

Vendre une partie de SAVCO signifierait perdre de l'argent pour le gouvernement, qui détient les deux entreprises de MP du pays, puisqu'il devra reverser les bénéfices en partie à un conglomérat privé. Ce profit est un manque à gagner à terme pour l'État.
Par ailleurs, vendre à Savomin serait le symbole d'un abandon, même partiel, d'un fleuron de l'économie minière au bénéfice d'un autre pays. Vendre à la SCBM serait les premiers signes d'une nouvelle vague de privatisations qui viseraient d'autres secteurs plus essentiels comme les MP.

Si Robert Auberly se dit prêt à vendre, en sera-t-il de même pour tout le gouvernement et les parlementaires?

LE TEMPS

Un retrait de la loi bancaire ?


Alors que le Ministre de l'Économie, Bernard Mol, présentait la loi sur le secteur bancaire francovar il y a quelques jours, ce dernier serait finalement favorable à un retrait de la loi au profit d'une autre solution.

Cette solution consisterait en un système bancaire partagé entre la BCF et un fond d'investissements public/privé.

Un système consensuel?

La gauche se dit plutôt contre l'adoption de la loi sur le système bancaire, tandis que la droite libérale et conservatrice est totalement pour. Le centre joue un rôle d'arbitre entre les parties, comme on l'a constaté avec George de Hautecourt qui se posait comme l'homme du consensus lors de débats concernant des amendements.

Et si cet homme du consensus était finalement Bernard Mol, qui, en présentant une nouvelle loi pourrait parvenir à une quasi-unanimité entre droite et gauche?
En effet, on retrouve la suprématie d'une banque d'État, mais aussi la présence d'un fond d'investissement public mais aussi privé. Ce qui permet d'investir à base de fonds privés, proposition qui pourrait plaire aux libéraux tandis que le financement à base de fonds publics devraient contenter la gauche...
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Mer 30 Avr - 8:50



Interview de Nathan Boncœur

«Le Gouvernement travaille, MNF, UD-IV, FDC, nous sommes unis autour du Président de la République et du Premier Ministre pour relever le pays»


N.B. : la rédaction a gardé les réponses concernant les affaires étrangères, bien que monsieur Boncœur ne soit pas Ministre en charge de ce domaine, contrairement à ce qui a été annoncé.

Bonjour, monsieur Boncœur.

_Bonjour.

Alors, vous êtes Ministre de la Défense [et des Affaires étrangères], et vous avez donc en charge le dossier sur la crise du Bangana. Le mandat du Sénat va bientôt expirer. Est-ce qu'il reste encore beaucoup à faire? Le gouvernement va-t-il demander à nouveau un mandat?

_[Tout d'abord, pardonnez-moi de vous corriger mais je en suis en charge que de la Défense du pays. les Affaires Etrangères sont de la responsabilité de mon estimé collègue, Christophe Demarchet. ]Oui je suis en charge de la Défense et sur le dossier du Bangana j'ai toujours souhaité être très présent, sur le terrain et informé nuit et jour de se qui se passe. Le mandat expire en effet bientôt. Nous avons déjà récupérer plusieurs de nos bases a la frontière, beaucoup de miliciens ont été arrêtés, de réfugiés pris en charges, j'entend achever ce dossier avant qu'il n'expire. Quant a un nouveau mandat, seul le Président de la République peut choisir de demander au Sénat un autre mandat d'intervention.

D'où vient réellement la menace, au Bangana? Vous aviez été stoppé parce que vous vouliez faire avancer l'armée dans les terres, mais jusqu'où?

_Il faut savoir que le territoire Banganais est vaste et difficile d'accès. D'une part la menace était surtout a la frontière Franco-Banganaise au niveau de la Région Comtat-Francovin,mais il y avait aussi beaucoup d'exactions au nord et j'ai voulu aller plus loin, mais quand le Sénat et le Président de la République m'ont demandé de m'en tenir a la frontière et....d'ignorer ce qui se passe au nord, j'ai du la mort dans l'âme m'en tenir au mandat du Sénat. 

[Au niveau des affaires étrangères, quels sont les futurs projets? 

_Ce serait a mon ami Demarchet de vous le dire, mais je pense pouvoir dire sens me faire taper sur les doigts (rire) que nous voulons poursuivre les alliances commerciales décidées avec nos amis d'Armara, Prya et du Krassland. C'est le sens du plan que le Premier Ministre et le Président Pryan ont établi.] 


Robert Auberly s'efface quelque peu de la vie politique actuellement, y a-t-il une raison à cela?

_Le Premier Ministre est au travail tout simplement. C'est vrai qu'on ne le vois pas beaucoup c'est temps-ci mais le Président Vinago étant malade depuis la semaine dernière, Robert AUberly se doit de gérer le pays, il n'a pas tellement le temps de se balader (rire). Il a longuement discuté avec le Ministre de l'Economie des meilleures solutions pour poursuivre la relance de l'économie il m'a reçu ce matin même pour discuter de l'amélioration de notre armée via la Loi sur le Service Militaire Francovar que je défend a l'Assemblée Nationale et l'achat d'armes et le recrutement de soldats. Nous sommes tous, le Premier Ministre et le Gouvernement, au travail. 

On sait que vous êtes candidat à la présidence de la région d'Almara. Pourquoi? 

_Almara c'est ma ville natale, je ne veut que son amélioration. je veux y relancer la culture avec l'organisation du prochain Francovision, que la Région d'Evrain a abandonnée, y relancer l'emploi avec la création d'une nouvelle entreprise de pêche dont j'entend discuter avec Monsieur Kold le PDG de Kold.industrie qui est prêt a travailler avec les régions pour créer des emploi. Enfin comme tous les autres candidats, François Peillon, Jenifer Kold, bernard Châteauvin, je veux mener une politique Régionale et non pas juste m'assoir dans une siège de Sénateur.

J'annonce cependant que si je gagne a Almara, je démissionnerais de mon poste de Ministre car je ne pourrait pas conduire la Défense du pays et une vrai politique locale en même temps. Je tient a être honnête.

Si l'UD-IV gagne Almara, actuellement totalement à gauche (région et ville), la cohabitation sera-t-elle compliquée avec Eric Franchet, le maire PTR?

_Non. Je ne pense pas. Eric Franchet est un homme d’expérience, un ancien Premier Ministre, et un homme intelligent, moi aussi, je pense que nous pourrions mener, ensembles, une politique locale efficace pour Almara. Ce n'est pas parce que Monsieur Franchet est de Gauche que je vais lui faire la guerre si je gagne.

Toujours en parlant des régionales, pourquoi l'UD-IV a préféré le centre à ses alliés de longue date, le MNF?

_Ce choix a été dicté par le Président de la République lui-même! En nomment des Ministres Centriste au Gouvernement il a ouvert la voie a une alliance entre-nous. Avec le Centre de George de Hautecourt nous avons beaucoup de point communs, il fut l'un des notre a l'UD-IV, j'ai moi-même travaillé avec lui a l'époque de l'UPF, aujourd'hui sur la Loi sur le Service Militaire vous voyez que les Centristes sont capables de porter des ajouts intéressants que j'ai moi-même appelé a voter donc nous travaillons ensembles. Pour autant l'UD-IV ne renie pas son alliance avec le MNF, c'est une triple-alliance.

L'alliance FdC/UD-IV a, pour l'instant, de grandes chances de gagner, face à des partis qui se retrouvent seuls, pensez-vous que l'alliance va réussir un grand "coup d'éclat"?

_Notre alliance je la souhaite durable car elle fonctionne. Nous sommes aujourd'hui au travail et je pense que nous pourrions aller encore plus loin dans l'avenir!

On a parfois l'impression que vous jouez un rôle plus important que le simple Ministre de la Défense, à l'UD-IV. Avez-vous vraiment cédé votre place à François Peillon?

_François Peillon est le Président de l'UD-IV, c'est d'ailleurs lui qui a rencontré George de Hautecourt pour former une alliance pour les Régionales, et moi je n'y ai aucun autre rôle que celui de Militant actuellement. Mais bien sur comme j'en suis le fondateur et premier Président ma voix a un poids au sein de la formation et j'ai toujours a coeur d'apporter mon avis pour qu'elle soit toujours dans le bon chemin. mais j'ai toute confiance en François Peillon. Si on gagne les Régionales, personne n'aura plus ale critiquer, si on perd....je pense malheureusement qu'il devra céder sa place pour que quelqu'un de plus puissant pour mener le parti aux prochaines échéances, je pense notamment aux prochaines Législatives, même si elles sont encore loin. 

Une dernière chose à dire?

_Le Gouvernement travaille, MNF, UD-IV, FDC, nous sommes unis autour du Président de la République et du Premier Ministre pour relever le pays, c'est le mandat qu'on nous a donné après la chute de la Monarchie et l'arrivée de la IVème République, nous nous y tenons. 

Merci beaucoup, monsieur Boncœur.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Mer 30 Avr - 11:56



La Francovie se lance sur le marché krasslandais

L'initiative de Savomin il y a quelques jours a inspiré en Francovie, même si elle soldée par un échec, le gouvernement accordant les 250 parts de SAVCO à la SCBM.

Cette dernière a décidé d'investir sur le marché de notre allié du nord, en envoyant une offre d'achat de 2,1% des actions de Krasspace, la célèbre société aérospatiale. L'offre paraît faible, mais cela apparaît comme un symbole et la volonté d'investir au Krassland, et dans un domaine qui peut rapporter.

Cette offre en cacherait-elle une autre?

"Rumeuromètre": 20%

La SCBM pourrait lancer un appel d'offre aux entreprises de BTP krasslandaises pour la construction d'un siège social au Krassland.
On sait que le pays offre une fiscalité avantageuse et que le marché y est souple et très libéral, un avantage pour un groupe comme la SCBM.

Serait-ce pour cela que l'offre paraît faible?
Si la rumeur se confirmait, ce ne serait guère rassurant pour l'économie francovare dont la SCBM contrôle une partie non négligeable...

[/quote]
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Mer 30 Avr - 13:42

SCBM : Rumeur confirmée
La rumeur annoncée par Le Temps ce matin a été confirmée par un employé de la SCBM qui nous a délivré un document interne à l'entreprise.

La SCBM souhaite donc s'installer en Krassland. En cause, un marché plus libéral et plus souple qui pourrait permettre à l'entreprise de réaliser un profit plus important.
L'ouverture du marché franco-krasslandais fera-t-elle disparaît les grands groupes qui sont importants pour l'économie?
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Dim 11 Mai - 16:01



Interview d'Étienne Hennebeau

«Nous avons gardé notre sang-froid face à l'alliance du centre-droit. Nous aurions pu nous emporter, et flinguer à tout va.»

Bonjour, monsieur Hennebeau, merci de nous avoir accordé cette interview.

Merci à vous.

En tant que président du MNF, vous devez être plus que satisfaits de l'élection de tous les candidats MNF au Sénat, malgré l'alliance du centre et du centre-droit, vous isolant. Le MNF reste la première force politique francovare (1er groupe parlementaire en terme de représentant à l'Assemblée et au Sénat).
Comment expliquer une telle victoire, alors que l'alliance centriste semblait très bien partie pour gagner beaucoup de région?


Je crois que notre stratégie à payé. Nous avons gardé notre sang-froid face à l'alliance du centre-droit. Nous aurions pu nous emporter, et flinguer à tout va. Nous n'avons pas fait cette erreur, et une avons mener notre campagne dans nos régions. Cette victoire, j'en suis bien évidement très heureux et très fier. Isolé, le MNF fait élire tous ses candidats ! C'est le fruit du travail mené dans les régions par nos sénateurs, c'est le résultat d'un contact avec la population, et c'est aussi, je le pense, un vote pour le parti qui soutient le Président de la République. Je pense aussi, que malgré le fait que cette alliance, avait commencé sur le thème de se focaliser sur les enjeux locaux, fut une grosse erreur ! Tout le monde a bien compris, que cette alliance, c'est avant tout une alliance politicienne nationale, avec comme unique objectif, une primaire commune ! Et paradoxalement, eux qui accusait le MNF de ne pas mener une politique locale, nos candidats ont démontré le contraire. Aujourd'hui encore, le MNF est certes, une force politique nationale, mais aussi locale, ancrée dans nos belles régions, où tous nos élus vont continuer le travail entreprit, dans une perspective de redressement local, pas pour préparer une quelconque élection nationale.

L'UD-IV a encore subi un échec, pensez-vous que c'est la responsabilité de la direction du parti?  L'alliance avec la FdC a-t-elle pu les empêcher de gagner, au lieu de favoriser leur victoire?

Je me doutais dès le début, que cette alliance était clairement en faveur des centristes. On voyait que c'était eux qui menait la danse. Et, ils ont récolter les fruits de cette alliance. Mais, je pense aussi que l'UD-IV paye son aspect purement politicien, son image de "repère à ambitieux". Lors de ces élections, l'UD-IV paye beaucoup de chose, aussi son attitude dans la majorité, où elle eut un rôle prépondérant dans l'instabilité de cette dernière. Mais bon, je ne veux pas donner des leçons à l'UD-IV, ils doivent analyser par eux-même les raisons de leurs échecs, et comment ils peuvent rebondir, même je ne suis pas certains qu'un candidat comme Jacques Dubois puisse rassembler l'alliance, tout comme je vois mal l'UD-IV soutenir une ancienne chef de file de la gauche, qui a appelé à voté pour l'écologiste Alicia Bekkel en Mars, contre Raphaël Vinago. A l'UD-IV de faire ses choix, mais qu'ils les fassent avec attention.

Que pensez-vous des critiques envers le gouvernement qui le disent trop peu actif? Robert Auberly conduit-il la majorité?

Il est de notoriété publique que mois aussi, j'ai critiquer le Premier Ministre, notamment lors de mon discours d'investiture à la tête du MNF, il y a environ un mois. Je lui demandait déjà de prendre à bras le corps son mandat, de s'émanciper, de ne plus être le bouclier de Nathan Boncoeur. Qu'en est-il un mois plus tard ? C'est la même chose. Le Premier Ministre obéit plus aux chef de l'UD-IV plutôt que mener le gouvernement. Je lui avait déjà dit, je souhaite qu'il réussisse, mais il faut qu'il se réveille.

Jean Coty a demandé aux ministres non élus de démissionner, cela concerne Nathan Boncœur, Jenifer Kold et Jean Pingeot. Pensez-vous qu'ils doivent le faire?

Je ne pense pas, personnellement. Leurs échecs sont locaux, ils ne remettent donc pas en cause leur mission nationale. Mais, je tenais tout de même à signifier mon choc à propos de la phrase que Nathan Boncoeur aurait prononcé après l'élection, selon une rumeur, disant qu'il avait trois mois pour tout reconquérir. Cette phrase est le parfait exemple de Nathan Boncoeur, qui n'est qu'un ambitieux. Sa carrière est une ambition, pas une vocation pour le pays.

Il y a une primaire dans l'alliance Fdc/UD-IV pour désigner le candidat à la présidentielle. Le MNF pourrait-il les soutenir ou va-t-il présenter un candidat?


Vu la façon dont ils nous ont mit à l'écart, vu la nature de leur alliance, et même vu nos différences idéologiques, nous présenterons un candidat à l'élection présidentielle.

Qui pourrait-être un bon candidat au MNF pour la présidentielle? Le président Vinago, que vous soutenez?

Le Président Vinago serait bien évidemment un très bon candidat et notre premier choix. Maintenant, Raphaël Vinago est indépendant, il prendra sa décision seule. S'il se représente, nous le soutiendrons, s'il ne se représente pas, nous présenterons un candidat, où les militants donneront leur avis.

Merci d'avoir répondu à nos questions.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Dim 11 Mai - 20:59

Jacques Dubois est le candidat de l'Alliance centriste

L'échec de l'UD-IV aux régionales n'aura rien changé aux plans de l'alliance centriste qui a organisé une primaire pour désigner le candidat aux présidentielles des deux partis.

En plus de Jacques Dubois, de l'UD-IV, Brigitte Bregen, ancienne Premier ministre et Ministre, était également candidate. C'est finalement le candidat du centre-droit qui l'a emporté lors d'un scrutin très serré (50,14%).

Des réactions diverses

Jean Coty a été le premier à réagir en déclarant qu'il ne soutiendrait pas Jacques Dubois. Pour lui, «la FdC vote Bregen, l'UD-IV pour Dubois. Personne n'a rallié les deux camps et montre le scepticisme des militants face à ce scrutin».

Brigitte Bregen, quant à elle, a déclarée face aux militants qu'elle soutenait le candidat. Ce dernier a par ailleurs annoncé que, s'il gagnait, il «ouvrira les portes de la Lenterne» à Brigitte Bregen. Serait-ce lot de consolation pour ne pas déchirer l'alliance?
Dans tout les cas, elle tient bon malgré quelques «électrons libres»...

Au MNF, Étienne Hennebeau aurait déclaré que le parti ne soutiendra pas Jacques Dubois. Les raisons semblent toutes trouvées, puisqu'il les a données lors de son interview.
«je ne suis pas certains qu'un candidat comme Jacques Dubois puisse rassembler l'alliance, tout comme je vois mal l'UD-IV soutenir une ancienne chef de file de la gauche, qui a appelé à voté pour l'écologiste Alicia Bekkel en Mars, contre Raphaël Vinago».

Enfin, Eric Franchet, président des travaillistes, aurait déclaré que la victoire est possible face à l'alliance. Ce dernier serait par ailleurs déjà nommé candidat officieusement par la gauche francovare.

Le président de la République se fait plus discret sur la question, mais certains de ses collaborateurs ne l'ont pas trouvé très surpris par les résultats de la primaire, qui pourraient l'avantager en cas de candidature...

avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Mer 22 Oct - 15:33

Va-t-on vers une crise diplomatique entre la Francovie et ses alliés de l'Archipel?

L'allié armaréen claque la porte du sommet de l'AMRCE

L'échec du sommet de l'AMRCE est encore présent dans tous les esprits des hommes politiques francovars. Ce qui partait d'une bonne attention avec un but d'union des pays du Micromonde s'est trouvé être un débat houleux entre participants, se terminant par le départ d'Armara du sommet. Les relations franco-armaréenne s'en trouvent ainsi dégradées. Ce n'est pas le premier incident diplomatique avec Armara, déjà le président Franchet avait eu affaire à une crise avec l'Empereur Horton, à cause d'une mauvaise communication entre les deux Etats.
On ne peut qu'espérer que les relations entre les deux pays s'améliorent prochainement, le président de Carpentier ayant clairement fait savoir dans une interview accordée à Francovie Aujourd'hui que le dialogue était maintenu avec les alliés de la Francovie.

L'adoption d'une grille francovare

Alors que la plupart des pays utilisant Ecomicro basent le coût de production sur le modèle de la grille krasslandaise, la Francovie a adoptée une grille différente avec des coûts de production définis par catégorie. Ce n'est pas la première fois que la République francovare adopte un système différent de ces alliés, déjà le Portalysme creusait un fossé entre systèmes krasslandais, pryan ou armaréen et système francovar.
L'adoption d'une telle grille spécifique à la Francovie pourrait causer un nouvel incident entre la Francovie et ses alliés du Krassland, de Prya et du Valdisky. La coalition gouvernementale a clairement annoncée qu'elle agissait avant tout pour la Francovie et ses intérêts, mais qu'il ne faut pas rompre le dialogue avec nos alliés; faisant donc savoir qu'elle n'acceptera pas de critiques envers son système mais que ce n'est pas dans une volonté de nuire aux alliés que le gouvernement a adopté cette grille.
Néanmoins la crise semble être évitée avec l'allié valdisk qui a annoncé par la voie de son ambassadeur, Vladimir Medvedev, qu'il n'agissait pas sur la politique intérieure francovare.
Reste à savoir si les nations vont adopter un système d'échange économique plus complexe dû au décalage entre la valeur en points de production (PP, PObjets, PMachines, etc.) entre les pays.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Ven 24 Oct - 8:45



Interview de Jacques Dubois

Cette semaine, Le Temps reçoit le Premier Ministre, Jacques Dubois, qui nous livre son opinion sur les sujets d'actualité et le travail du gouvernement.

«J'ai espoir que les entreprises Francovares vont se réveiller.»

«Cela fait des années que la grille Krasslandaise ne convient à personne mais personne ne l'a jamais réformée, à Droite comme à Gauche.»

Il y a une semaine vous avez été nommé Premier ministre, monsieur Dubois, en remplacement de monsieur Auberly. Le gouvernement s'est mis au travail, quels sont vos objectifs pour la fin de ce mandat ?


_Les objectifs ont été fixés par le Président de la République, nous voulons engager la transition énergétique dès le mois prochain, tout comme la construction de Logements sociaux, malgré le peu d'enthousiasme des entreprises Francovares, nous allons investir dans l'armement réformer la pratique de la prostitution et les rythmes scolaires. Nous poursuivons la relève de notre économie car l'on est pas dans la petite gestion mais bien dans une politique de relève sur le long terme. 

Êtes-vous satisfait du travail réalisé par le gouvernement ?


_Bien sûr et je veux rendre hommage à trois Ministres en particulier, Jean-François Millard et Bruno Rocard qui ont beaucoup travaillé ce mois-ci a la réussite du Gouvernement ainsi que Jenifer Kold qui travaille d'arrache pied a un texte sur la Sécurité Sociale qui rassemblerait les idées émises a la fois par le Gouvernement et Monsieur Portalys dans la commission que nous avons conduite .Mais l'ensemble du Gouvernement fait un travail formidable dont il n'aura pas a rougir lors que viendra pour nous le temps de nous en aller, car cela viendra! (rire)

De nombreux députés de gauche ont exprimé leur scepticisme et leur opposition à la loi sur les taux d'impositions. Pourquoi n'avez-vous pas augmenter l'impôt pour les classes supérieures ? Que répondez-vous à la critique du PPF désignant la droite comme la « la championne de l'impôt, de la taxe et de la surtaxe » ?


_La Gauche a été championne de l'impôt pendant des années, elle n'a aucune leçon a donner! S'agissant de cette loi, tout a été fait pour niveler l'imposition de façon équitable de façon a n'étouffer personne sous l'impôt tout en faisant en sorte que chacun participe a l'effort national. De plus, les salaires de plus de 10 000 R$ paient 25% d'impôt et les salaires de moins de 600 R$ ne paient que 5%. L'idée est que chacun paie une contribution même symbolique. 

A quoi doit aboutir le plan d'investissement à l'armement ? L'appel d'offre n'a pas réellement profité aux entreprises francovares.


_Vous savez...les entreprises Francovares elles dorment un peu. On a lancé un appel d'offre, personne n'y a répondu, personne! Même remarque pour les Logement Sociaux, on a été obligé de reporter cela au mois prochain car personne ne répond. J'ai espoir que les entreprises Francovares vont se réveiller. Quant au plan d'investissement dans l'armement il vise bien entendu a renforcer notre armée, c'était une promesse du Président de la République.

Que pensez-vous de l'adoption d'une grille spécifique à la Francovie pour les coûts de production ? Quelle est la raison de l'adoption de cette grille ?


_La raison c'est l'intérêt Francovar. Cela fait des années que la grille Krasslandaise ne convient a personne mais personne ne l'a jamais réformée, à Droite comme à Gauche. Aujourd'hui pourquoi une grille Francovare? Simplement parce que c'est notre intérêt, c'est ça qui relancera nos entreprises. Il ne s'agis pas, certainement pas, de nous fâcher avec nos alliés. Mais il s'agis d'agir dans l'intérêt de notre pays.

Déjà cette mesure est critiquée par des investisseurs étrangers qui s'inquiètent des conséquences. Que leurs répondez-vous ?


_Qu'ils seront toujours les bienvenus en Francovie, pour investir, pour agir dans l'économie de notre pays, mais que notre travail a moi Premier Ministre, au Président de la République est de penser d'abord a l'intérêt de la Francovie.

Le Sénat est-il une institution qu'il ne faut pas supprimer selon vous ? N'a-t-il pas suffisamment de pouvoirs selon vous ?


_On peut réfléchir a une réforme du Sénat, mais c'est une institution utile. Elle est représentative des territoire, des régions, il a un rôle important dans la IVème République et il ne faut pas le supprimer. Le Sénat comme l'Assemblée Nationale sont deux Chambres importante pour le débat public, pour le vote des Lois, pour la représentation nationale. 

La droite dirige le pays actuellement, est-elle en mesure de gagner l'élection présidentielle?


_Il y a toujours eu des désirs d'alternance en Francovie alors c'est difficile a dire, surtout a un mois de l'échéance. Mais ça reste possible, si nous faisons ce qu'il faut pour tenir nos engagements.

L'UDR manque-t-elle d'un (ou de) « leader(s) naturel(s) », comme le dit Bernard Chateauvin ? Étiez-vous pour ou contre une primaire ouverte ?


_Je n'ai pas participé au Conseil National car j'ai estimé que ce n'était pas mon rôle en tant que Premier Ministre. A titre personnel j'était plutôt pour car il est vrai que l'UDR n'est pas l'UD-IV ou le RDR d'autrefois, il n'y a plus, pas cette fois-ci en tout cas, de leader qui émerge et dans ces cas là on a recours a une primaire. Oui Bernard Châteauvin dans ce cas là.

Ne craignez-vous pas une « guerre des chefs » ouverte entre candidats de l'UDR, due à une primaire ouverte ? 


_Ce sera a François Peillon, le Président de l'UDR, de veiller a la bonne tenue de cette élection. 

Quel est votre opinion sur la fondation d'un nouveau parti nationaliste francovar ? Le fait que la gauche pourrait se rassembler dans un grand mouvement, selon une rumeur, ne vous inquiète-t-il pas ?


_J'ai trop de travail pour m'inquiéter de la Gauche. Je dirais simplement que dans un cas comme l'autre c'est la démocratie qui parle, la Gauche peut s'unir dans un grand parti, une Droite Nationaliste peut voir le jour, c'est normal dans une grande République comme la notre.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Jeu 30 Oct - 10:24



Interview de Charles de Mère

Le Temps reçoit cette semaine Charles de Mère, ancien président de la Cour Suprême, venu s'exprimer sur la politique judiciaire du Gouvernement Dubois.

«Le problème de la justice n'est pas tellement la question de la répression, c'est la question du moyen et du suivi des affaires.»

«La justice, elle appliquera la loi autant qu'elle le pourra mais elle ne sera efficace qui si on la rend efficace.»

«Il faut supprimer la récidive en offrant une alternative, dès la prison, au détenu.»

La politique judiciaire du gouvernement est clairement de renforcer les sanctions, en témoignent les différentes lois sur la récidive discutées à l'Assemblée. Pensez-vous que prôner la répression est la politique à avoir ?

Répression et prévention. Droite et gauche. Sécuritarisme et laxisme. Ce sont deux politiques, pas forcément opposées, dont ont parle généralement. Le problème de la justice n'est pas tellement la question de la répression, c'est la question du moyen et du suivi des affaires. Nous avons un juge pour 2 Cour, un Procureur totalement absent et le gouvernement trouve la solution dans... la répression. Il peut décider de faire condamner à 750 ans de galère le vol d'une miche de pain, cela ne changera rien au problème actuel qui est un problème de structure.

La loi « renforçant la lutte contre la récidive » a provoqué un débat houleux - la première séance a été suspendue à cause des tensions entre l'opposition et la majorité – qui s'est terminé par un vote négatif des députés. Cette loi n'a pas contenté, même dans la majorité, tous les députés. Est-ce la preuve de l'échec de la politique gouvernementale ?

Non, je ne crois pas. Je pense que c'est avant tout l'échec de l'idéologie face à l'incapacité. J'explique: Nous avons deux camps qui se sont opposés sur un clivage idéologique alors que le vrai problème n'est pas la question de l'idéologie mais de la structure. La justice, elle appliquera la loi autant qu'elle le pourra mais elle ne sera efficace qui si on la rend efficace.

Une seconde loi a ainsi vu le jour. Celle-ci a été adoptée, sans amendements. Le doublement de la peine si récidive il y a est-il efficace, selon vous ? La gauche regrette que ce soit la seule mesure prise, partagez-vous cet avis ?

La lutte contre la récidive n'est efficace que si on détruit en amont l'idée de la récidive. Quand vous faîte sortir quelqu'un de prison, condamné à 6 ans de prison pour trafic de drogue, n'a ni argent, ni toi, plus de vie sociale... A la limite, il lui reste ses anciennes fréquentations. Il y a donc 90% de chance qu'il récidive parce que c'est la seule alternative qu'il ait. Il faut supprimer la récidive en offrant une alternative, dès la prison, au détenu. La première des luttes contre la récidive, c'est la formation à un emploi et la préparation de la sortie.

Cela n'a pas été discuté, c'est regrettable.

«Encore une fois, le gouvernement a fait dans la demi-mesure. On traite la forme avec une déclaration choc qui fait joli et qui plaît à certains électeurs mais en oubliant clairement le fond.»

«Au lieu de multiplier les postes, une bonne réforme serait celle du statut de procureur et de ministère public ainsi que des Cours de Justice.»




Le fait que l'excuse de minorité puisse ne plus être valable pour un mineur de moins de seize ans est-il une bonne mesure ?

Si c'est pour envoyer le mineur en prison, c'est la pire des décisions. Pour un mineur, en plein âge de formation sociale, c'est l'école du crime. C'est lui faire apprendre que c'est la seule vie qu'il aura.

Si c'est pour un centre d'éducation avec l'optique d'une formation avec possibilité de sortie contrôlés et de période de probation, on réduit le risque d'avoir l'effet "Ecole du crime". Encore une fois, le gouvernement a fait dans la demi-mesure. On traite la forme avec une déclaration choc qui fait joli et qui plaît à certains électeurs mais en oubliant clairement le fond. 16 ans, ils sortent du collège!

La troisième loi proposée par le Ministère de l'Intérieur et de la Justice est celle de « l'application des peines ».
L'idée que « l'autorité d'exécution des peines » relève du Bureau du Procureur pourrait déclencher une censure de la Cour, selon Reberto Delpiez, député DVG. Que pensez-vous de cette mesure ?
Va-t-elle à l'encontre de la Loi ?


Tout à fait inutile. L'application des peines est immédiate. L'amende est prélevée automatiquement par la BCF et la condamnation à de la prison est à effet immédiat juste après la sentence. Au lieu de multiplier les postes, une bonne réforme serait celle du statut de procureur et de ministère public ainsi que des Cours de Justice.

Concernant la non constitutionnalité, il y a effectivement un risque résidant dans le flou selon lequel procureur et juge auraient une même fonction... Si j'étais membre de la Cour, je serais favorable à la censure en vertu du principe de précaution. Je demanderais la réécriture du texte.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Ven 31 Oct - 18:47



Interview de Christophe Demarchet

Christophe Demarchet, président du MNF, expose son opinion sur les sujets d'actualités, tels les élections régionales ou présidentielles, les procès contre l'État francovar ou encore l'actualité parlementaire.

«La Francovie doit continuer de défendre ses intérêts. Le Krassland doit resté un allié, mais si cette alliance n'est pas sincère elle est inutile. »

Il y a une semaine vous avez été nommé Premier ministre, monsieur Dubois, en remplacement de monsieur Auberly. Le gouvernement s'est mis au tIl y a peu, Vincent Lacombe et Etienne Hennebau avaient tenté de convoquer un nouveau congrès dans le but de prendre la direction du parti. Comment avez-vous pris cela ? Vous sentez-vous trahi par ceux-ci ?

Je n'ai pas tellement apprécié, c'est certains ! Je n'aime pas vraiments les divisions stériles, surtout quand la situation est difficile, et ou nous devons être rassemblés pour redressé le pays. Mais, aujourd'hui, je pense que la situation est réglé. Les divisions internes sont une histoire ancienne, malheureuse, mais terminée. Nous sommes maintenant rassemblés afin de continuer à travailler, à et agir pour le pays, afin de le défendre et de le redresser.

Les élections régionales auront lieu prochainement, le MNF a-t-il prévu de faire alliance avec un autre parti ?

Nous n'avons pas encore véritablement lancé de négociations, mais nous espérons de tout coeur que la majorité présidentielle et gouvernementale, ira à ces régionales unie et rassemblée, pour défendre l'action du gouvernement, et pour faire face à une opposition qui se renforce et qui s'uni. La majorité n'a pas le droit de se diviser maintenant.

L'élection présidentielle aura elle lieu en décembre. Antoine de Carpentier envisage-t-il une candidature ?

Franchement, étant donné la situation très compliquée actuelle, avec de vives tensions et des difficultés immense, il ne pense pas à la présidentielle.

La gauche va tenir un congrès demain pour s'unir sous une bannière, celle du Parti socialiste-républicain. Cela peut-il signifiait une fin de la droite, qui semble plus divisée que la gauche ?

Cela ne signifie en aucun cas la fin de la droite. La droite reste forte dans notre pays. Mais cela nous donne un avertissement : Nous devons resté unie, car si nous cédons aux querelles internes maintenant, là oui cela pourrait signifer la fin de la droite.

La politique souverainiste du président n'est pas très critiquée, sauf par nos partenaires. Peut-elle porter atteinte aux relations krasslando-francovares ou au commerce micromondial ?

La politique du Président, elle veut défendre les intérêts de la Francovie. Cela est normal que ça ne plaise pas aux gouvernements étrangers, ils souhaiteraient une Francovie qui se couche. Mais nous refusons cela, et nous continuons de nous battre pour chaque parcelle de souveraineté de la Nation.

La presse parle d'une tentative d'arnaque de la part de Makronaval (ce que certains appellent déjà le « Makronavalgate »), partagez-vous leur avis? L'avocat de l'entreprise en demande-t-il plus que la valeur réelle ?

Il est évident que la demande des 25,000 R$ est disproportionnée. Le cout de production de ces navires n'est pas de 25,000 R$. Et il inadmissible que le Krassland n'ait pas informé le gouvernement de la sous-traitance pryanne. Ils se plaignent de la perte de leurs PV, c'est leur responsabilité. S'il avaient fait les offres sur le marché normal, ils n'auraient rien perdu.

Quel est l'avis du MNF quant à cette affaire ? Y a-t-il eu, selon vous, une mauvaise gestion de la part de l'État, comme le disent les plaignants ?

Il y a eu indéniablement une erreur de l'Etat et des services administratifs à cause de cette grille. Et il est tout à fait normal qu'une indemnité soit versée.

Quelle est l'attitude à adopter face au Krassland, que certains accusent de faire pression sur la Francovie ?

La Francovie doit continuer de défendre ses intérêts. Le Krassland doit resté un allié, mais si cette alliance n'est pas sincère elle est inutile.

Renaud Père a proposé la loi « Small Business Act », êtes-vous pour l'adoption de cette loi ? L'adoption d'une grille francovare ne risque-t-elle pas de freiner ce que cette loi veut mettre en place, c'est-à-dire une meilleure compétitivité des entreprises francovares à l'international ?

Je pense que cette loi est bonne, mais si une grille francovare est dans l'intérêt du pays, il faudra la faire, même s'il elle contre cette loi. ous ne devons pas resté emprisonné dans un système s'il est néfaste pour nos intérêts.

avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Sam 1 Nov - 13:52

De Carpentier dissout l'Assemblée Nationale

Une surprise pour tous

La dissolution de l'Assemblée Nationale a été annoncée hier soir durant l'allocution du président de Carpentier. Alors que personne ne s'y attendait, à droite comme à gauche, cette dissolution est justifiée par le fait que les mandats de trois mois seraient trop longs, mais aussi puisqu'il faut, toujours selon le président, que les francovars s'expriment à nouveau.
Les réactions à gauche sont plutôt focalisées sur une possible défaite du parti présidentiel, le MNF. Le Parti Justicialiste, successeur des radicaux, est entré dans la course avec Roberto Delpiez.
A droite on prépare déjà les législatives sans s'attarder avec des commentaires. L'UDR est clairement dans une optique de revanche suite à la "trahison" - propos prononcés par un membre du gouvernement - du président, avec à la tête de sa liste, dit-on, Georges de Hautecourt. L'ancien gouverneur de la BCF et Premier Ministre qui a adhéré récemment à l'UDR aurait été plébisciter afin de mener la campagne par Jacques Dubois.

L'effet attendu sera-t-il au rendez-vous ?

En prononçant cette dissolution, le président souhaite sans doute mesurer l'effet de sa politique sur les Francovars, politique critiquée ses derniers jours notamment par l'économiste A. Coty.
La victoire du MNF sera-t-elle au rendez-vous ? Pas si sûr, la gauche est dans une position offensive, malgré sa division entre PSR, PPF et PCF qui peut la désavantager. Le centre mené par Delpiez peut réaliser un bon score avec un programme allant plutôt à l'opposé de la politique gouvernementale actuelle : baisse d'impôts, politique de l'Etat providence, mais aussi avec un programme novateur, notamment en proposant une réforme de la Justice, le droit vote aux étrangers, et la suppression de l’échelon territorial des municipalités.
L'UDR peut espérer conserver ses sièges, mais si les Francovars décident de sanctionner le gouvernement, le fait que le parti fut membre de la majorité risque de lui porter préjudice. De même, critiquer l'action d'un gouvernement mené par un Premier Ministre UDR n'est peut-être pas la bonne stratégie à adopter.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Dim 9 Nov - 15:54

La vague rouge

Les résultats ont été publiées hier soir, la gauche sort victorieuse de ce scrutin. Ce phénomène de vague rouge, puisque PCF, PPF et PSR représentent 86% de l'Assemblée, est exceptionnel depuis l'apparition d'une assemblée législative en Francovie.
Le président a appelé Antoine Bordemer, tête de liste des merksistes, à former un gouvernement. Une première là-aussi, puisque les merksistes du PMLF et du NPMLF n'avaient jamais réalisé de tels scores et n'avaient jamais accédé à la primature.



PCF, PPF et PSR représentent 86 sièges sur 100 à l'Assemblée nationale.

"Les égos et les fiertés de chacun doivent être mis de côté pour une union totale."

Mais déjà la désunion se fait sentir entre certains membres de la coalitions trop ambitieux. Archimède Parmentier aurait claqué la porte des négociations entre partis de gauche hier, faisant du PSR une force d’opposition. Mais tout le monde dans le Parti socialiste-républicain n'aurait pas accepté cela, comme Ferdinand Hautelier qui annonce vouloir que les socialistes reviennent dans la majorité.
Bordemer acceptera-t-il de les réintégrer, alors qu'en signe d'ouverture certains députés PSR ont voté pour Antoine Coty à la présidence de l'Assemblée ?

Quoiqu'il en soit le défi pour la gauche est de rester d'accord sur la politique à mener, malgré les différences idéologiques.



Antoine Bordemer, nouveau Premier Ministre de la République de Francovie.

Une sanction du peuple ?

Cette "vague rouge" est-elle à prendre comme une sanction du peuple ? Probablement, même si ce n'est pas nécessairement la politique souverainiste qui est critiquée, elle n'était pas spécialement aimée de tous, loin de là. Le principal engagement du président était l'adoption d'une grille francovare, au détriment des partenaires micromondiaux de la nation. Faut-il voir par cette victoire celle du "NON" au prochain référendum ?

Pas nécessairement, puisque le PSR, composé en majorité d'hommes politiques favorables à la grille francovare arrive en deuxième position après le PCF. Néanmoins c'est un pro-grille Schweinwald qui a été nommée à la tête du gouvernement, et les deux partis favorables au système micromondial représentent plus de la moitié des sièges de l'Assemblée...




Un référendum décisif pour la Francovie, celui de l'abandon de la grille Schweinwald pour une grille francovare.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Sam 17 Jan - 7:59

"Innatendue" : l'adjectif pour qualifier la réforme constitutionnelle du tout juste nommé président par intérim Archimède Parmentier

Nommé il y a quelques jours, Archimède Parmentier a surpris tout le monde, même le gouvernement, dit-on (bien que le Premier Ministre qui se soit prononcé pour le "OUI" peu après l'annonce), en soumettant au vote sa réforme constitutionnelle, qui peut ne pas faire l'unanimité.

Les réformes

La plus grande réforme est sans aucun doute la réapparition officielle des Clans, symboles de la IIIe République. Mais le président ne supprime pas pour autant les présidences de Région et les Mairies dont les représentants seront toujours élus. On assiste à une décentralisation et à une clarification des pouvoirs de chacun. Les pouvoirs des Clans ont l'air de se superposer avec ceux de la Région dans certains domaines.

Autre réforme, celle du Procureur, désormais nommé par la Cour Suprême et totalement indépendant du gouvernement.

Enfin, une loi organique sur les médias est mise au vote. Elle garantit leur liberté et l'impartialité des médias publics.

Le "OUI" au Nord, le "NON" au Sud ?

Il est très probable, même si l'on ne connaît pas les résultats du référendum à l'avance, que le Nord - Comtat-Francovin, Picabie, Vernier et Elvéotie - vote majoritairement pour le "OUI" de part une volonté de relative indépendance (Comtat, Elvéotie) ou de part une volonté de voir renaître les Clans (Picabie, Vernier). Le Sud, plus proche du pouvoir central de Micropolia, mis-à-part Mézénas, pourrait voter en majorité "NON" aux Clans - puisque la réforme majeure porte sur leur (re-)reconnaissance officielle par l'État.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Dim 18 Jan - 18:09

Réforme constitutionnelle : interview de Jennifer Kold

"Nous avons voté en faveur de Monsieur Parmantier car nous pensions que pour le bien être des institutions il fallait que ce soit un membre de la Majotité qui soit élu, faire campagne contre lui spécifiquement ce serait jouer un double jeu malhonnête envers nos compatriotes. Nous sommes contre le retour des Clans et c'est ce que ce NON symbolise."

-Pensez-vous que le président Parmentier a mal agit en proposant "par suprise" sa réforme de la Consitution ?

_Il y a certainement une faute d'appréciation dans la façon de faire. Décider de lancer un Référendum sens en référer a personne, y compris le Président de l'Assemblée Nationale, y compris au Premier Ministre, ce n'est pas très Républicain. Encore il y a une faute de méthode car par le passé lors d'une Réforme de cette ampleur on convoquait les représentent des Partis pour avoir un minimum de débat, c'est ce qu'avait fait le Président Fratelli, c'est ce qu'avait fait Raphaël Vinago.

- Vous avez clairement prit position contre la réforme ? Mais contre quoi précisément ? N'y a-t-il pas des choses pour lesquelles vous auriez pu voter dans d'autres circonstances ?

_Mais si, et nous l'avons dit, cette Réforme n'est pas mauvaise, elle a beaucoup de points forts, mais la question du retour des Clans vient gâcher un peu tout ça. Au delà du danger qu'il y a a redonner du pouvoir des des familles qui n'en useront que pour leur bénéfice personnel, il est fou de revenir a un système fragile tel que celui de la IIIème République.

- Vous avez qualifié de "Retrograde, Passeiste, Regrissive" cette réforme, pouvez-vous développer en détails pourquoi ces adjectifs qualifient, selon vous, cette réforme ?

_Le système des Clans est au coeur de cette Réforme, c'est le plus cher désir du Président de les voir renaître et en cela cette Réforme est en effet rétrograde, passéiste et régressive car elle nous revoit deux ans en arrière. Après les progrès effectués avec la Constitution de la Commission VINAGO nous avaient apporté plus de démocratie dans nos régions et nous risquons de perdre cela.

- Les Clans sont-ils, comme l'affirment notamment le Premier Ministre Hautelier et le Ministre de l'Intérieur, François Derue, "les gardiens de la démocratie" ?

_Il n'y a pas de plus grande erreur que de croire cela. Chaque Clans par le passé a été dirigé pas une Caste ou une Famille, le seul mot de "Clan" renvoie a une notion de replie sur soit qui n'a rien de bon pour la démocratie locale.

- Les Clans ont-ils été tous, dans le passé, gouvernés de manière totalitaire ? Le PSR affirme que beaucoup de chefs étaient élus lors de Conseil. Cette réforme laisse quand même un grand pouvoir aux présidents régionaux et aux maires, les clans en auront beaucoup moins que sous la IIIe République. Pourquoi un tel refus de revoir les Clans ?

_Monsieur j'ai grandi dans une de ces familles qui dirigeaient un Clan je puis vous affirmer que même si des gens comme Pierre Kikojiro se faisaient élire démocratiquement leur pratique du pouvoir local était tout ce qu'il y a de plus totalitaire, et je ne vous parle même pas e ma propre famille vous savez ce qu'il en est de sa réputation a Almara et ailleurs. Vos Maires et Présidents de Régions ne pèserons rien face aux Chefs des Clans si les Picaban, les Saint Auteuil, les Kold et d'autres Familles, ces mêmes Familles qui nous ont "démocratiquement" poussé vers la Monarchie, reprennent le pouvoir qui était le leurs.

- Votre campagne pour le "NON" n'est-elle pas non plus une campagne contre le président par intérim ? En cas de "NON", que souhaitez-vous de sa part ?

_Pourquoi ferions nous cela? Nous avons voté en faveur de Monsieur Parmantier car nous pensions que pour le bien être des institutions il fallait que ce soit un membre de la Majotité qui soit élu, faire campagne contre lui spécifiquement ce serait jouer un double jeu malhonnête envers nos compatriotes. Nous sommes contre le retour des Clans et c'est ce que ce NON symbolise. En cas de victoire du NON nous attendons du Président qu'il comprenne son erreur et change sa façon de Gouverner car pour l'instant sa façon de faire est assez décevante par rapport a ce que nous attendions de lui.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Mar 10 Fév - 11:06


Francostats : bilan économique très mauvais pour la Francovie


Le gouverneur de la BCF, Maurice Portalys, a annoncé publiquement les statistiques (qui seront désormais mensuels) "Francostats". Le bilan général est très moyen : production nulle, seulement quelques échanges (8793 R$) et des entrepôts pleins. Les recettes ne dépassent pas 7000 R$, tandis que les dépenses - dues au subvention aux régions - sont dix fois plus élevées. Déjà certaines entreprises ont mis au chômage technique leurs employés pour essayer de se sauver. Seuls les grandes groupes ont pu se maintenir à un niveau correct grâce à leur capital élevé.

Les causes sont multiples. La première, la flémingite hivernale qui touche la Francovie a été plus rude que d'habitude et a ralenti la consommation et les échanges. L'attente d'une nouvelle grille officielle de production (depuis décembre 2015) a fait ralentir la production puisque les entrepreneurs ne savent pas comment produire. Enfin, l'isolement économique de la Francovie a fait qu'elle ne pouvait compter que sur elle-même.

La Francovie risque l'effondrement de son économie sur Ecomicro, et les multiples conséquences qui peuvent l'accompagner : chômage de masse, hausse des prix dans tous les secteurs de production, effondrement de la monnaie nationale. La prospérité de l'ère portalienne, une ère dans laquelle veut revenir le Gouvernement et les politiciens, est bien loin. Depuis un an, c'est-à-dire la mise en place de la monarchie, l'économie peine à redémarrer, malgré les appels d'offres et les différentes mesures prises par les gouvernements qui se sont succédé. L'on pensait que l'adoption, une fois de plus, d'une grille spécifique baissant les coûts de production allait sauver la Francovie et faire redémarrer l'économie nationale. La flémingite a ralenti le processus de mise en place de la nouvelle grille, que l'on espère voir bientôt.

Le gouverneur Portalys a alerté l'opinion publique et le gouvernement, ils doivent maintenant réagir rapidement.

avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Mer 11 Fév - 9:49


Accusé de "protéger les jallanistes", François Derue se défend


"Je ne porterai pas plainte", nous annonce le Ministre alors que la séance sur l'abrogation de la Loi Pardon a été suspendue, "je peux le faire, mais je ne céderai pas à la tentative de désunion de la LPN, nous devons être unis face aux jallanistes et pas leur donner raison en montrant une mauvaise image de la République". Il ajoute ensuite que "la LPN ne lutte pas contre les jallanistes, elle ne fait que renforcer leurs arguments".

Tout le PSR semble partager la position du ministre, puisqu'Emile Lourre, président du Sénat, renchérit : "la Loi Pardon concerne des petits délits de collaboration, ces gens-là n'étaient pas les bourreaux des libérateurs, comme l'affirme la LPN. Leur intolérance malsaine empoisonne le débat démocratique et leurs réactions honteuses me révoltent". "Il faut concentrer la lutte vers les principaux collaborateurs, ceux de la pire espèce, pas les petits qui ne diffusent pas, selon les données policières, l'idéologie jallaniste" ajoute un député PSR à la sortie de la salle des débats.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Ven 3 Avr - 21:02


Vers une assemblée locale du Vernier ? La proposition d'Emile Lourre


"Les châtillonais devraient, dans une démocratie, choisir leurs représentants"

Emile Lourre a évoqué lors de la dernière réunion du Conseil de Clan un sujet remis maintes fois sur la table par de nombreuses personnalités châtillonaises : la démocratisation du clan par l'élection du Conseil de Clan et sa transformation en véritable assemblée législative. Devant ses collègues conseillers et le président du Conseil, Ferdinand Hautelier, il a défendu son idée en plaidant que "les châtillonais devaient, dans une démocratie, choisir leurs représentants afin que ceux-ci œuvrent mieux dans leurs intérêts". Une remarque qui a dérangé certains membres influents comme Louis de Vernier. "Le Conseil de Clan ne doit pas devenir une institution composée de politiques proches de la famille comtale et du chef du Clan, mais bien une véritable assemblée" a ajouté François Derue, alors que le président du Parti socialiste-républicain, Ferdinand Hautelier,semblait se montrer sceptique tout au long du discours de monsieur Lourre.

Le Comtat montre l'exemple, Châtillon débat une énième fois

Le Comtat-Francovin a déjà procédé à l'élection de parlementaires qui viennent de se terminer. L'assemblée locale tient une place importante dans les décisions concernant la Région, et c'est ce que veut faire Emile Lourre pour le Vernier : "je souhaite que cette assemblée collabore le plus possible avec les autorités régionale, plus que le Conseil de Clan actuel qui, trop campé sur ses positions ultra-parmentieristes, ne dialogue pas assez".

Le sujet de l'élection de représentants locaux a été déjà été débattu de nombreuses fois dans le passé. La dernière en date datait de la proclamation de la IIIe République. Le Chef de Clan d'alors, Damien Hautelier, a refusé catégoriquement cette idée, préférant alors assurer la gestion des affaires en s'entourant des Conseillers. C'est à cette époque que le Conseil de Clan du Vernier fut créé, ces membres étaient, comme aujourd'hui, nommés par le chef dont le pouvoir se transmet de manière héréditaire. Les décisions étaient toutefois débattues par le Conseil, ce qui n'était que très peu le cas auparavant. Avant les Hautelier, les Comtes du Vernier avaient eux aussi refusé l'idée d'une assemblée.

Dénonçant les dérives possibles, Emile Lourre a réussi à rassembler la majorité des Conseillers autour de sa proposition, qui devrait être adoptée lors de la prochaine séance...
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Jeu 9 Avr - 21:18


"L'idée d'absolutisme du clan Picaban est absurde" : Ferdinand Hautelier


Le président du PSR, Ferdinand Hautelier, s'est exprimé à la sortie d'une séance de l'Assemblée nationale à propos des manifestations au Comtat. "L'idée d'absolutisme du clan Picaban est absurde" a-t-il déclaré avant d'ajouter "qu'il n'y a guère que des indépendantistes extrémistes pour penser que le Clan Picaban accapare tous les pouvoirs". "Tous les Picabanais travaillent pour la Francovie et les Francovars, contrairement à ces indépendantistes".

Un spécialiste politique du Temps nous explique en quoi le Clan Picaban ne contrôle pas la Francovie. "La Cour Suprême, par exemple, n'est pas contrôlée par un Picabanais, aucun n'en est membre ni président. Or, la Cour Suprême contrôle l'exécutif qui est composé de Comtadins et de Châtillonais, en plus des Picabanais. Les clans sont globalement tous représentés dans le législatif".

Le président du Parti pour la défense des intérêts châtillonais (PDIC) a quant à lui déclaré que "les déclarations du FNC visent juste à attirer l'attention sur ce parti et sur le Comtat, blessé dans son orgueil parce qu'il se rend compte qu'il n'est pas le centre de la Francovie".
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Dim 10 Mai - 7:17


François Derue est la tête de liste du PSR aux législatives


Alors que la Droite n'a toujours pas présenté de liste, le Parti socialiste-républicain a, quant à lui, dévoilé la sienne aujoud'hui. La tête de liste du parti de gauche est donc François Derue, homme plutôt proche du président, pour ses positions proches de celles de Parmentier, il est Ministre de la Sécurité dans le gouvernelent actuel.

Le nom de l'actuelle Premier Ministre, Philomène Heinfurer, aurait aussi été évoqué au sein du PSR. Mais sa nomination par le Président, qui n'avait pas plu à tous, et ses positions aussi libérales que Parmentier ont dû joué en sa défaveur.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Paul Mezzanines le Sam 23 Mai - 8:43


Le Vernier prêt à se mobiliser contre le plan de Robert Gérard


Nos confrères du Plébéien avaient révélé hier une partie du plan du Ministre de l'Economie, Robert Gérard. Ce plan pourrait amener à la fermeture de SAVCO, entreprise minière, dont les sites de production sont situés dans le Vernier, à proximité de Cheusnon. Détenue majoritairement par Bailly Industrie, un groupe industriel d'envergure moyenne originiaire du Vernier, l'entreprise est donc sur la liste des fermetures pour relancer l'économie.

Des personnalités, du Vernier ou non, ont dénoncé la possible fermeture de SAVCO mais aussi des Vignobles Coteaux de Neuvalet qui pourraient être fusionnés avec une autre entreprises agricoles.

Le Syndicat des Mines du Vernier s'est mobilisé sur le réseau "Touétteur", de même que le mouvement PECNO, Paysans de l'Economie Nationale Ouvrière. Emile Lourre, président du Sénat et sénateur PSR de Cheusnon, ville minière, a déclaré qu'il se mobiliserait contre les fusions des entreprises. "La faute est aux grands groupes qui possèdent de multiples entreprises dans les domaines. N'en ayant pas assez, ils font fermer les plus petites structures, comme SAVCO. Qui en profite ? Le Groupe Stratonikos, qui possède COMIFRA." a-t-il indiqué par la suite.

Les elvéotes font aussi sentir leurs inquiétudes puisque les Vignobles Coteaux de Neuvalet est l'une des dernières entreprise sur le sol elvéote.
avatar
Paul Mezzanines

Messages : 1855
Date d'inscription : 06/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Temps (Ch-Presse)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum